Rallye des Princesses 2013

Pour sa 14ème édition depuis 2000, le Rallye des Princesses, toujours sous la houlette de Viviane Zaniroli et son équipe, prenait la direction de Saint-Tropez depuis Paris. Cinq étapes au programme pour permettre aux concurrentes de découvrir la France au volant de voitures sportives, de collection ou modernes réparties en trois plateaux. Cette année, les marraines sont Lara Micheli et Solweig Lizlow.

Lors de la quatrième étape, le rallye faisait étape au Domaine de Pont Royal à Mallemort (13), au sein de l’hôtel du Golf. C’est cette destination que nous avons choisie pour effectuer ce reportage.

Il est environ 15h30 lorsque nous arrivons sur les lieux. Les Princesses ne devraient pas tarder, nous en profitons pour découvrir les lieux. Les jardins sont magnifiques, et le soleil est au rendez-vous.

Comme prévu, les premières concurrentes rallient l’arrivée. Pour les accueillir après l’étape éprouvante, l’équipe du rallye offre une flûte de champagne à chaque équipage : la bonne humeur est de mise ! Une Porsche 968 Cabriolet de 1992 fait son entrée.

Comme dit précédemment, les voitures sont réparties en trois plateaux distincts : catégorie Classic, Historic ou bien Prestige. C’est dans cette dernière que se trouve cette Porsche 996 Carrera 4S.

Cette autre 996, mais ici en version Turbo S, n’est pas indiquée sur la liste des engagés. En tout cas, elle est bestiale !

     

Comme souvent dans les rallyes, les 911 sont souvent légion. Ici, une 964 Speedster dans une teinte originale.

Au vu de la météo plus qu’appréciable de ce mois de juin, les voitures « décapsulées » sont évidemment un atout contre la chaleur. Citons cette MX5, cette 911 Targa d’une teinte aussi originale que la Speedster au-dessus ou encore cette Morgan Plus 4.

          

Il n’y a pas que des sportives au sein du rallye, comme le prouve cette Beta Coupé 2000 de 1980, un modèle qui commence à se faire rare sur le marché de la collection.

Les équipages continuent d’arriver par vagues, toujours dans la bonne humeur malgré les kilomètres avalés. A noter que les pierres de l’hôtel ainsi que le soleil permettent de belles couleurs aux photos naturellement. Ici, une autre Morgan fait son apparition.

     

Une belle berlinette A110 1300 G dans son (habituel) bleu France arrive également.

          

Un équipage norvégien pénètre également dans l’enceinte de l’hôtel aux mains d’un véhicule… suédois, à savoir une peu courante Volvo Amazon 121.

Le rallye permet aussi de découvrir des voitures jusque là inconnues. En témoigne cette Austin-Healey Lenham. Si cet artisan anglais fut connu pour ses modifications sur les Austin-Healey Sprite et sa cousine la MG Midget, les rendant alors plus performantes et plus profilées, il semblerait qu’il se soit essayé à transformer la « grosse » Austin-Healey 3000. Si l’empattement de la base est conservé, c’est bien la seule chose qui le soit : en effet, difficile de reconnaître le roadster original ! Calandre imposante, arrière très court et terminé en pointe, prise d’air sur le capot, tableau de bord en alu bouchonné… Une belle surprise en tout cas !

     

Un bruit de V8 se fait soudain entendre. Non, il ne s’agit pas d’une vraie Cobra construite par Shelby mais d’une réplique par les anglais de chez Hawk, fabriquant des modèles parmi les plus fidèles aux originaux. Vraie ou pas, la Cobra en impose.

          

Continuons dans les automobiles à V8 qui en imposent avec cette Facel Vega HK 500 de 1959. Voiture française la plus rapide à l’époque avec 240 km/h en vitesse de pointe, elle embarquait un V8 Chrysler lui assurant des performances de premier ordre. Une des plus belles voitures Grand Tourisme qui soient.

Changeons de catégorie avec cette Dino 246 GTS aux teintes vives. Elle fait bien évidemment une entrée remarquée.

     

Autre rareté : une De La Chapelle Type 55. Cette voiture française est en réalité une reproduction moderne de la Bugatti éponyme d’avant-guerre.

     

Il est temps de changer de place pour limiter la répétition du même lieu. Nous sortons du parc lorsqu’une Alpine A110 1600 arrive.

Les spectateurs viennent bien souvent avec des voitures aussi belles que les concurrents, c’est le cas avec ce quatuor.

Mais à ne pas surveiller les équipages qui arrivent, on s’en mord parfois les doigts. En effet, ce n’est qu’au dernier moment que nous découvrons qu’une sublime Ferrari 250 California Spider est sur le point de passer devant nous. Ce qui explique les photos plus que ratées…

     

Nouvelle chance par-dessus le grillage qui longe l’hôtel.

Quelques minutes sans arrivées passent. L’occasion de photographier ce beau duo de sportives françaises : une Alpine A310 et une Panhard CD.

     

La Panhard CD proposait des performances de tout premier ordre en dépit de son « simple » moteur bicylindre à plat grâce à une aérodynamique très travaillée, d’où sa ligne très pure et profilée.

          

Direction maintenant le parking où se trouvent les concurrents. La Lenham côtoie la Hawk Cobra.

Une autre Dino 246 GTS, d’une sublime teinte bleu foncé assortie à un intérieur beige, stationne juste en face.

     

Juste derrière elle, la 250 California Spider fait refroidir son V12. Notez l’équipement nécessaire au rallye sur le tableau de bord.

                    

Le parking est désormais pratiquement plein, et il faut parfois attendre quelques minutes pour se garer, à l’instar de cette Giulietta Sprint.

     

Retour sur la Facel HK 500. Elle dénote vraiment au sein du parc des Princesses.

          

Cette 911 2.2 T de 1966 revêt une belle couleur verte.

Comme dit plus haut, les Porsche sont toujours au rendez-vous. Ici, une 911 (type 930) Turbo marron se trouve à côté de la 911 Targa bleue déjà aperçue ainsi que de la 964 Speedster.

          

Les rangées sont désormais formées, peu d’équipages n’étant pas encore arrivés.

     

Les Princesses ont du goût, et cette 190 SL le confirme : magnifique !

     

Qui a dit que le rallye n’était réservé qu’aux voitures onéreuses ? La preuve avec cette Fiat 500 de 1963.

     

Une autre Dino 246, cette fois en version fermée GT, fait son entrée en scène, toute de jaune vêtue.

Les timings imposés sont parfois juste, et certaines équipes doivent se hâter avant la fin du temps imparti. Cette 402 Cabriolet laissera une trace de freins mémorable à l’arrivée, et l’explosion de joie des passagers témoigne de la justesse de leur venue dans les délais !

          

L’organisation du rallye aura une nouvelle fois prouvé son savoir-faire, le rallye se déroulant dans la bonne humeur, au volant de belles voitures et sur les plus merveilleuses routes de France.

Pour toute photo supplémentaire, n’hésitez pas à nous contacter via le site !

Rendez-vous en 2014 pour la quinzième édition !

2 réflexions sur “Rallye des Princesses 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *