Avignon Motor Festival 2015

avignon-motor-festival_hd

Chaque année, la fin du mois de mars est l’occasion de découvrir un événement que nous affectionnons tout particulièrement : l’Avignon Motor Festival. Si l’édition 2014 rendait hommage à Maserati, il était cette fois question de mettre en lumière une collection dont nous parlerons plus loin.

Jeudi :

Pour la première fois, nous avons eu l’occasion de visiter le salon pendant son installation. Après avoir récupéré nos accréditations et aidé des amis à installer leur stand, il est temps de faire un tour (rapide) des lieux.
Dans l’allée centrale du hall A, l’exposition est consacrée aux grandes marques. Voici une Alfa Romeo 6C 1750 Super Sport Spider Zagato de 1930.

IMG_1042     IMG_1046

Juste derrière, une sublime Peugeot 302 Roadster Darl’Mat.

IMG_1047     IMG_1049

A ses côtés, un modèle unique. En effet, il s’agit du seul exemplaire survivant de MG WA Tourer sur les neufs produits par le carrossier Charlesworth. Réalisé fin 1938, il porte le numéro de série WA 0293 et dispose d’un six cylindres en ligne de 2561 cm3.

IMG_1050

Au centre du hall se trouve l’Alpine Vision GT Concept pour l’instant bâchée, déjà vue lors de Rétromobile.

IMG_1053

L’exposition principale de cette année était la présentation d’une partie de la collection Karosas. Saulius Karosas est un lituanien qui possède une importante collection automobile. Très jeune, il s’intéressa à la mécanique et devint par exemple le mécanicien attitré du russe Vikis Okeka. Plus tard, il se tourna vers les études mécaniques à l’université de Vilnius et devint ingénieur mécanicien. Saulius voyait grand et rêvait de fonder une entreprise aux États-Unis.

Il se mit alors en tête d’acheter des véhicules anciens en URSS et de les exporter avant de les vendre. Dans les années 1980, il fit une importante découverte qui allait changer sa vie. En pleine Sibérie, il tomba nez à nez avec une Mercedes-Benz 500 K en piteux état mais relativement complète. De plus, il s’agit d’un modèle rare puisque carrossé par les établissements berlinois Erdmann & Rossi. La légende veut même que le compresseur de la voiture servait de pompe dans le terrain du propriétaire précédent !

La restauration prendra une quinzaine d’années, l’occasion pour M.Karosas de découvrir petit à petit l’histoire d’Erdmann & Rossi. Et les informations sont maigres, ce qui le pousse à s’y intéresser de près… et à en acquérir le plus possible ! En 1906, l’homme d’affaires Eduard Rossi s’associa au carrossier Willy Erdmann. Mais trois ans plus tard, Rossi meurt et son compagnon d’aventure décide de quitter l’entreprise. Cette dernière est reprise par Friedrich Peters et fleurit surtout après la Première Guerre Mondiale. Les modèles choisis sont clairement luxueux, aussi bien allemands (Mercedes, Horch, Maybach..) qu’étrangers (Rolls-Royce, Bentley, …). En 1937, Friedrich Peters perdit la vie et c’est alors son frère Richard qui reprit l’affaire. Mais douze ans plus tard, la dernière auto (une Maybach) sortit de l’atelier berlinois… Difficile de dire combien de modèles ont été carrossés par la société, mais il faut noter que chaque exemplaire était unique et d’une élégance rare.

Huit Erdmann & Rossi étaient exposées à Avignon, commençons par cette Horch 853 Sport Coupé de 1937 surnommée « Manuela » par son premier propriétaire, le grand pilote allemand Bernd Rosemeyer. Elle dispose d’un toit ouvrant et sa carrosserie est en aluminium.

IMG_1057     IMG_1061   IMG_1080     IMG_1085     IMG_1068

La suivante est une Maybach SW38 Cabriolet de 1937. Emmenée par l’armée russe à Riga, elle fut découverte en 1980 par M.Karosas.

IMG_1063     IMG_1092

Ensuite, une Bentley 4 1/4 Litre Sedanca Coupé de 1938.

IMG_1064

Une Mercedes-Benz 630K réalisée spécialement en 1929 pour l’acteur allemand Emil Jannings.

IMG_1067     IMG_1066

Voici à présent une élégante Rolls-Royce Wraith, châssis WXA106, exposée au salon de Berlin en 1939.

IMG_1070     IMG_1102

La Mercedes 500 K Cabriolet de 1935 par laquelle tout a commencé.

IMG_1072     IMG_1105

Sa voisine est une Audi 920 Cabriolet de 1939. Une base déjà rare, puisque un peu plus de 1200 exemplaires ont été construits. Elle était équipée d’un six cylindres en ligne de 3281 cm3.

IMG_1074

Et enfin, une autre Mercedes. Il s’agit d’une 380 Spezial Roadster unique de 1933 (s/n 95289) commandée par le prince Max de Schaumbourg-Lippe. A son bord, il participa en 1934 à la mythique course « 2000 km durch Deutschland »

IMG_1076     IMG_1087     IMG_1079

Sur un stand voisin, deux Hotchkiss étaient exposées. La première est une 864 Cabriolet Biarritz de 1939, l’autre une 686 S 49 Gascogne de 1950.

IMG_1109     IMG_1111     IMG_1113

Retour sur l’exposition des grandes marques, avec la seconde partie. Il était possible d’admirer une Delage D8 S Torpédo Sport de 1932 réalisée par Chapron.

IMG_1116

Une non moins belle Lancia Astura Cabriolet par Pininfarina en 1938.

IMG_1118     IMG_1130

Ainsi qu’une rare Voisin C28 de 1936.

IMG_1122     IMG_1126

Une impressionnante Isotta Fraschini Tipo 8A réalisée par l’italien Cesare Sala en 1926. Un modèle équipé d’un huit cylindres en ligne de… 7370 cm3 !

IMG_1124

Terminons par cette Hispano-Suiza J12 Cabriolet Mitchell de 1933. Cette auto à moteur V12 était à l’origine un coupé-limousine par Letourneur & Marchand, puis une berline Hooper avant de recevoir sa carrosserie actuelle.

IMG_1129     IMG_1128     IMG_1127

L’Avignon Motor Festival n’est pas qu’un salon d’automobile, des deux roues sont également présents. Nous reviendrons plus en détails sur certains d’entre eux.

IMG_1132

L’aînée du salon était cette Gladiator 3 HP Phaéton de 1900.

IMG_1136

Changement de style avec une Salmson S4 Cabriolet.

IMG_1139

A quelques mètres, deux Porsche 356 Pré-A de 1951.

IMG_1140     IMG_1142

L’Amicale Facel Vega exposait deux Facellia. La première est F2B-137A, datée de 1962. Elle dispose d’un hard-top unique à casquette débordante et appartenait à Paul Badré, dernier PDG de la marque.

IMG_1143     IMG_1145

L’autre est pour l’instant sous sa housse, nous reparlerons donc d’elle une fois celle-ci retirée.

IMG_1144

Les bonnes surprises continuent. Voici une Ligier JS2 et pas n’importe laquelle : équipée d’un V8 Cosworth de trois litres, elle termina deuxième des 24 Heures du Mans 1975 aux mains de Guy Chasseuil et Jean-Louis Lafosse !

IMG_1148     IMG_1149

Sur le stand Amilcar, une MCO 1100 trône aux côtés d’une CGSS.

IMG_1150

Restons chez les françaises avec une Delage D6 11 Conduite Intérieure de 1934.

IMG_1152

Mais aussi une Salmson S4 61 Coupé de 1939.

IMG_1161

Également, une Hotchkiss 686 de 1949 dotée d’une carrosserie sportive.

IMG_1165

Il est toujours agréable de voir des stands qui réalisent des mises en scène. C’est le cas avec celui-ci, autour d’une Panhard PL17.

IMG_1167

Place à une rareté : une Brissonneau et Lotz Louis Rosier de 1959. Un peu plus de 200 exemplaires ont été fabriqués sur base de Renault 4CV, mais on estime à une dizaine le nombre de survivants !

IMG_1170

AMF avait également réussi à amener une Citroën DS 19 exceptionnelle. Et pour cause, puisqu’il s’agit de la plus ancienne DS commercialisée connue à ce jour. Portant le numéro 000032, elle fut livrée en octobre 1955 au garage Minodier de Valence pour servir de véhicule de démonstration. Le stand s’inspire de celui de Citroën au salon de Paris cette même année.

IMG_1172     IMG_1177

Une DS 19 Cabriolet de 1961 était également présente.

IMG_1178     IMG_1179

Autre Citroën, une M35 (numéro 388). Un modèle équipé d’un moteur à piston rotatif et développé à la fin des années 1960.

IMG_1182

Chaque année, le salon présente les œuvres de différents artistes. Voici une sculpture réalisée par Hervé Nys à partir de bidons et baptisée « Jerry ».

IMG_1184

Nous sortons quelques instants, l’occasion de tomber sur ce dragster Chevrolet Nova.

IMG_1187

Dans un hall, deux Honda se côtoient : une Civic deuxième génération et une N600.

IMG_1191

Encore à l’extérieur, une Citroën Traction Cabriolet à calandre Tonneline.

IMG_1196

L’édition 2015 du salon était également le siège d’une exposition consacrée à Porsche. Pour commencer, une 911 SC Groupe IV de 1978.

IMG_1198

Voici une 911 Turbo 3.3 Flat Nose de 1989, avec un kit 935.

IMG_1199     IMG_1204

Une 993 Turbo S de 1998, peinte dans un élégant bleu.

IMG_1200

Un immanquable, une 911 Carrera RS 2.7 de 1973 (châssis n°911.360.0648).

IMG_1201

Une rarissime RUF BTR de 1989, dont le 3.4 litres turbo développe près de 400 ch !

IMG_1206

Enfin, une 911 2.4 S de 1973. A noter que cet exemplaire dispose d’un 2.8 litres d’environ 240 chevaux.

IMG_1208

La Sellerie du Mont Ventoux présentait une Dino 246 GT (numéro de série 02618) de 1971.

IMG_1212    IMG_1214

Dans le hall des modernes, une Ferrari F355 Challenge faisait face à une F40.

IMG_1216     IMG_1218     IMG_1217

Autodiva présentait l’ADA 02B châssis n°87/88-002. Elle participa notamment aux 24 Heures du Mans 1989 et 1990, abandonnant à chaque fois.

IMG_1226

Terminons cette journée par une découverte pour nous, l’unique D.F.P. NSU datant de 1972. Numérotée 302, elle dispose d’un moteur de NSU 1200 TT et participa à l’époque à plusieurs courses de côte.

IMG_1227

La nuit est tombée, il est temps de rentrer et de se préparer à revenir deux jours plus tard.

Samedi

C’est à l’ouverture que nous arrivons samedi matin, accompagné comme l’an dernier de l’ami Gregory dont certaines de ses photos figurent dans l’article.

Dans le hall A, nous avions omis la BMW 328 Roadster de 1937.

16946719412_78ab2f20a6_o     16760553520_830096e072_o

Tout comme l’avant de la MG WA Tourer.

16740670027_78edf80747_o

Et cette Bugatti Type 43 Grand Sport de 1927, châssis 43166.

17045665527_89a0ecbe60_o

L’Alpine Vision GT Concept est cette fois débâchée. Elle n’a pas changé depuis notre dernière entrevue.

16760303658_89848e827e_o     16325592184_51633a4e04_o

Voici une Talbot Monoplace Décalée exceptionnelle, le châssis 90131. Au Grand Prix de Pau 1939, elle termina troisième derrière deux Mercedes W154. Elle participa aussi aux 24 Heures du Mans 1949 (abandon) et 1950 (2ème place avec Mairesse/Meyrat).

IMG_1269

Le BMW Club de France avait choisi une superbe 2000 CS d’un blanc immaculé.

16630629874_b20e9d46b0_o

Comme dit plus haut, des deux-roues figuraient dans le hall A. Voici un Italjet Mustang de 1965 à moteur 50 cm3.

IMG_1274     IMG_1275

Un BM Jaguarino Super Sport de 1962.

IMG_1277

Un Paloma Super Strada Flash 1960.

IMG_1279

Ou encore un Gitane Testi Champion Super Gran Sport 1972 à six vitesses malgré ses 50 cm3 !

IMG_1283

Retour chez Facel Vega pour admirer la Facellia qui nous manquait. Il s’agit d’une F2B (numéro 103B) qui date de 1962 comme sa voisine. A noter ses jantes à rayons provenant d’une Facel 6.

IMG_1289

Continuons notre tour d’horizon. Ici,une Maserati Quattroporte de 1983 (s/n 330 49A003500) qui appartenait à Hassan II, roi du Maroc.

17065523640_5e1291c8f3_o

Juste à côté, une MG TA.

17252690101_0a62ebf95f_o

L’Aventure Peugeot présentait une 601 Éclipse de 1935. Ou plutôt, LA 601 Éclipse puisque c’est le seul exemplaire survivant sur une série de vingt-et-un. Elle est due à Georges Paulin, tandis que la carrosserie est signée Pourtout.

IMG_1299

Les Amis de la Licorne sont toujours présents à AMF. Cette année, une 415 Rivoli de 1937 était montrée au public ainsi qu’une L760 Coupé Provence 1932.

17045796167_1efec61521_o

Du côté de l’expo grandes marques, une Bugatti Type 46 Cabriolet Ettore (châssis 46250) de 1930 a fait son apparition.

16947129851_9e98b28124_o     16766016288_6754c28999_o

Nous n’avions pas pris cette superbe Talbot-Lago T23 Baby Cabriolet de 1938.

16953717425_f3002e8253_o

Du côté des artistes, il y avait notamment Richard Chapot.

IMG_1345

Place à une Panhard CD de 1964.

IMG_1356

Une Citroën 2CV A 1954, modifiée pour vendre des glaces.

IMG_1358

Retour sur l’Amilcar MCO.

IMG_1373     17035904078_f9cb897657_o

Pêle-mêle, une Opel Manta GT/E de 1975 et une Peugeot 604 GTi Limousine par Heuliez.

IMG_1362     IMG_1369

Dans une allée, une Egli-Vincent de 1968.

IMG_1376

Une photo de l’avant de cette Salmson S4 déjà vue le jeudi.

IMG_1378

Nous nous dirigeons vers la sortie. Nous tombons sur cette CG 1300 Coupé de 1973 à quatre phares additionnels.

IMG_1384

Sur le parking devant le hall A, une Alfa Romeo 2000 GTV, une rangée de Porsche et une 4CV Découvrable de 1952.

IMG_1390     IMG_1394     IMG_1395

Petit détour par l’expo Porsche, pour refaire des photos.

16954249805_fd08a7bc51_o     16766759580_11e903f59f_o

Outre des modèles de la marque, il y avait aussi un prototype Hema de 1972. Henri Mayeur (d’où le nom « Hema ») était un artisan constructeur. Après une première voiture à moteur Gordini, il créa une berlinette à châssis tubulaire et mécanique de 911 2.0 S. Elle participa à plusieurs courses de côte pilotée par le marseillais José Xiberras. Sur le plan du style, il s’agit d’un hommage à la 917 mais en réduction !

IMG_1414

Pour les puristes, un canapé avec le look d’une 911 R était présenté.

IMG_1416

Nouveau passage à la Sellerie du Mont Ventoux. Outre la Dino 246 déjà évoquée dont voici l’intérieur…

17036108270_e32b4136c9_o

…nous y avons vu une sublime Porsche 356 Pré-A de 1954.

17036120940_9a8645c3a9_o     IMG_1420

Ici, une Austin-Healey 3000 MkIII de 1966.

IMG_1426

Autre cliché de la Traction Cabriolet, cette fois plus accessible.

IMG_1429

Rien à voir avec cette Chevrolet Camaro SS dragster de 1974, dont le V8 8.1 litres développe 740 ch.

IMG_1432

Nous revenons dans le hall A. Voici une Jaguar SS100.

17036387308_54f2675bfb_o

L’alignement est vraiment impressionnant !

IMG_1434

Notons la présence de deux Georges Irat. La rouge est une MDS de 1936 alors que la bicolore est une plus cossue OLC3 de 1939.

IMG_1438     IMG_1443

Midi approche lorsque Saulius Karosas fait son entrée sous la voûte du hall. Le voici en compagnie de Pierre-Antoine Faure, l’un des organisateurs du salon, et d’Emmanuel Bacquet, ancien directeur du musée Schlumpf devenu manager de la collection Karosas.

16601696184_31ab4dcc4c_o     17223574761_047bb4e609_o

M.Karosas a posé avec plaisir pour les photographes.

16264509333_40e06ee01b_o     17016705687_981b20bdef_o     17198166516_21aef6955d_o     IMG_1465

Il est l’heure d’aller manger, nous prenons simplement quelques voitures au passage.

17220131116_aa4e00c3b6_o     17242857185_90ce2f152d_o

Après la 911 Carrera RS 2.7 blanche, en voici une autre d’une couleur plus exotique. Elle porte le numéro de série 911.360.1320.

17056664689_1b7e54017f_o

Certains ont laissé libre cours à leur imagination au vu de cette Renault 4 un peu spéciale !

IMG_1474

C’est vers 14 heures que nous revenons au parc des expos, l’occasion d’arpenter les différents parkings. La promesse d’un mélange des styles est clairement tenue.

17035560817_5fedc767c0_o     16632995653_cb19ae104f_o

Certaines meilleures ennemies se retrouvent.

17241226182_6f5f71dd78_o     17241219012_5796610ac9_o

Ici, une Porsche 356 A 1600 de 1958. Là, une Ferrari 512 TR.

16630726764_71a5fa010e_o     17241316062_a138cbb055_o

La 911 RS 2.7 s’en va.

17035617747_d1fcc96eb5_o

Vers 14h30, l’habituel concours d’élégance devant le grand hall démarre. BMW en profite pour promouvoir sa i8.

16620578634_385e8c75fb_o     17217047026_81ae70cdf6_o

Elle est suivie par une Pilgrim Cobra.

17241276772_cbe46a6c48_o

Juste derrière, une Alpine A110 1600 SX de 1976.

16620659814_1aeaaa5f45_o     17217146796_599fdf2bf5_o

Elle cède sa place à une Triumph GT6 de 1970.

17242540751_6bc2b67762_o     17055322598_419bd3b01a_o

La prochaine est une Peugeot 204 Cabriolet de 1969.

16622876333_e297d8ea0d_o

Les américaines n’ont pas été oubliées, avec par exemple une Ford Mustang Cabriolet de 1966.

17242513681_69597d9861_o

Modèle rare ensuite, une Triumph Vitesse de 1967.

16620842474_1b6eeb99b5_o

Une auto au format poche, l’Autobianchi Bianchina Cabriolet.

17241552532_d279e55304_o     17217320136_db76bd9dae_o

Plus classique mais néanmoins belle, une Citroën 2CV de 1956.

17243263795_2764e23565_o

Poupe élégante pour cette Jaguar XK150 Cabriolet de 1960.

17243360965_f44ac35e80_o

Les tracteurs anciens ne sont pas légion dans les événements. Il était donc intéressant de voir un Lanz Bulldog, qui plus est en superbe état.

23944485076_3c83f5f71a_o

Cette Motobécane 50 Spéciale représentait les deux roues.

IMG_1515

La 4CV Découvrable que nous avions croisée tout à l’heure.

17243345195_b3baa499b7_o

Certains propriétaires avaient choisi de se vêtir en accord avec leurs véhicules. C’est le cas avec cette Peugeot 203 Cabriolet de 1955.

16620889094_71b4c13860_o

La voiture suivante est une curiosité. Cette Salmson S4 E a été carrossée par les établissements rouennais Le Bastard pour le Tour de Bretagne et le Tour de France cyclistes 1951.

17220166346_c00832d6fd_o

Place à une rare Alvis TA14 Saloon de 1948.

23888093271_d75d5b63c6_o

La suivante est une élégante Talbot-Lago T26 Record.

17058576620_fc0c63e424_o

Les dimensions de cette Cadillac Série 62 Cabriolet de 1946 sont impressionnantes.

IMG_1552     IMG_1560

Totalement à l’opposé, une Simca 5.

IMG_1564

La suivante est une réplique fidèle des Citroën Petite Rosalie ayant battu de nombreux records à Montlhéry en 1933.

23944598856_e95b5d11c2_o     IMG_1580

Encore une française avec une Renault Primaquatre Coupé de 1937.

IMG_1571     IMG_1574

La tenue des propriétaires de cette Citroën C4 est ravissante.

17220141266_fbf82f6efa_o

En plus du concours d’élégance, une autre attraction avait lieu au même endroit. Ettore Bugatti est né en 1881 à Milan. Très vite intéressé par la mécanique, il fut apprenti chez la marque italienne Prinetti & Stucchi. Dès 17 ans, il construisit là-bas ses premiers tricycles motorisés puis sa première voiture à quatre roues que l’on appellera par la suite le Type 1.

En 1900, il développa le Type 2 grâce à l’investissement financier du comte Guinelli.
Il se fit alors repérer par la famille De Dietrich, qui l’embaucha afin de développer de nouveaux modèles. Associé à Émile Mathis, il réalisa les Type 3, 4, 5, 6 et 7 vendus sous le nom de De Dietrich-Bugatti (environ 100 exemplaires en tout).

Et c’est une réplique d’un Type 5 qui était présente à AMF. Ce modèle fut produit à deux exemplaires et devait participer à la course Paris-Madrid de 1903. Mais l’organisation ne les autorisa pas à participer à la compétition en raison de la position dangereuse du pilote et de son mécanicien : assis à l’extrême arrière du châssis, loin derrière la mécanique, ce qui ne favorisait pas la visibilité ! Une disposition plus classique fut plus tard adoptée, avec les sièges placés beaucoup plus au milieu de la voiture.
Sur le plan mécanique, le Type 5 embarquait un gigantesque quatre cylindres de 12.9 litres, tandis que le refroidissement était liquide !

Malheureusement, aucun des deux Type 5 n’est parvenu jusqu’à nous. Alors en 2003, Henri Mellon, descendant de la famille De Dietrich, décida de lancer une recréation fidèle d’après les plans originaux.

IMG_1607     IMG_1604

Les dimensions de la mécanique sont vraiment saisissantes.

16851574460_9ce69f2672_o     16851308638_a9666ef0f7_o     16852899069_9b907886eb_o

Poursuivons notre tour d’horizon. Ici, une Citroën DS Tissier avec une Maserati Bora dessus. Tout à fait normal !

IMG_1608

Une moto BMW.

IMG_1612

Deux italiennes, une Alfa Romeo Giulietta Sprint et une Maserati 4200 GT.

17058541040_3c62805c9e_o     17038649567_988f47822e_o

Choc des tailles entre cette Renault 5 Alpine Turbo et cette Cadillac Fleetwood 1961.

16625860933_dd1b55cd5b_o     IMG_1621

AMF présentait également un plateau de véhicules militaires. Ward LaFrance, M8 Greyhound ou Jeep : faites votre choix.

IMG_1624     IMG_1626     IMG_1625

Dans le hall des voitures de compétition, une Simca Rallye II préparée et une Opel Kadett GT/E.

IMG_1629     IMG_1630

Nous nous dirigions vers le hall des motos quand un défilé de camions s’est annoncé.

IMG_1645     IMG_1647     IMG_1648

La plupart étaient des Berliet.

IMG_1649     IMG_1650     IMG_1651

Commençons le hall motos par une Suzuki 500.

IMG_1654

Une Terrot 350 HSG de 1933.

IMG_1658

Et une Magnat-Debon 350 BSSG 1936.

IMG_1659

Retour sur le parking, pour prendre deux photos de détails.

23941264135_36be5a9b1b_o     17253294925_3cb15b38c2_o

Nous allons ensuite aux halls des camions.

IMG_1669

Ce Mercedes est un L4500 de pompiers. Un beau bébé !

IMG_1670

Le suivant est un 1113 de 1965 qui a été en service en Allemagne jusqu’en 1982, avant que la ville de La Voulte sur Rhône ne le rachète.

IMG_1672

Deux Willeme ensuite, un LC 610 N et un L10 T de 1947.

IMG_1678     IMG_1679

Enfin à l’extérieur, un Somua JL 19 datant de 1957.

IMG_1684

Passage éclair dans le hall des tracteurs. A gauche, un Fiat 601 de 1950. A droite, un Porsche Diesel Super 308 N de 1960.

IMG_1686     IMG_1698

Il est 17 heures lorsque nous songeons à rentrer. Mais avant de quitter les lieux, nous filons au parking des sportives. Nous retiendrons une Alfa Romeo 8C Spider.

23573405289_381ccdd94b_o

Une Ferrari 575 Maranello.

IMG_1708

Une rare Venturi Transcup.

IMG_1709     IMG_1711

Deux anglaises : une Noble M12 GTO et une Lotus Esprit.

IMG_1714     IMG_1718

Et une Lancia Delta HF Integrale 16V.

IMG_1720

Dernière photo détail de la De Dietrich-Bugatti.

17242312531_20afe03c9a_o

Et il est temps de partir. L’édition 2015 de l’Avignon Motor Festival fut encore un bon cru. Voir une partie de la collection Karosas, qui ne sort pas énormément, donnait le sentiment d’être privilégiés. Et la diversité des styles autant que des époques fonctionne toujours.

D’ailleurs, le salon a cette année battu un nouveau record avec plus de 50.000 visiteurs sur trois jours. De bon augure pour les éditions à venir !

Retrouvez en complément l’article de News d’Anciennes : http://newsdanciennes.com/2015/03/23/grand-format-a-lavignon-motor-festival/

Nous tenons à remercier l’équipe d’AMF, et plus particulièrement Pierre-Antoine Faure, d’avoir accepté notre demande de reportage. Rendez-vous les 25, 26 et 27 mars 2016 pour la prochaine édition !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *